Endroit, s.m. (R en, droit) , partie d’un espace plus étendu, lieu, place – Lieu où un individu est né – Le beau côté d’une étoffe (Nouveau dictionnaire de la langue, 1831)

 


Escoches est un site (non officiel) qui veut faire connaître une commune du département de la Loire principalement au travers  de son passé. Cette commune est celle d'Écoche. Ce site s'intitule ESCOCHES car autrefois le nom de la commune adoptait cette graphie. Il ne s'agit aucunement de survaloriser le passé : autrefois, ce n'était pas mieux, c'était seulement différent. Il ne s'agit pas non plus de verser dans une nostalgie de type "retour à la terre". Simplement, pour aller de l'avant, il n'est pas forcément mauvais de savoir d'où l'on vient.

Pour une présentation plus contemporaine, on peut consulter le site Écoche.


Carte d'après Claude Latta, au temps d'Anne Dauphine duchesse de Bourbon, comtesse de Forez, dame de Beaujeu. (1358-1417). Cependant, selon l'auteur à l’époque de Louis II et d’Anne Dauphine, le duché et le dauphiné d’Auvergne, la Combraille et la vicomté de Carlat ne font pas encore partie de l’état bourbonnais. Si Écoche fait bien alors partie de l'état bourbonnais, le suzerain du Beaujolais  reste le duc de Bourgogne auquel Anne Dauphine reste fidèle.

source : Cahier de village du Forez 2007


Mais la notion de frontière est bien floue aux époques anciennes. Il y a plutôt souvent des frontières épaisses. Dans une thèse soutenue en 2012, « Comme l’on se doit  gouverner » La guerre la ville le pouvoir, Mâcon (vers 1382- vers 1435) Benoît Lanthenet indique par ses cartes qu'Écoche, du ressort du Beaujolais, n'était pas inclus dans le bailliage de Mâcon contrairement à des paroisses circonvoisines ; mais s'agissant de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons, cela ne veut pas dire que les Écochois n'eurent pas à souffrir des malheurs du temps.



Cette carte ne concerne pas Écoche mais la patrie de Blaize Mathieu curé d'Écoche à la fin du 17° siècle